MENU
Recherche
Thèmes et Structures de Recherche

L'IH.SM dispose de plusieurs unités de recherche et deux structures de recherche stratégiques. Les unités de recherche sont les principales structures de recherche qui dispose de leurs laboratoires, équipements de recherche spécifiques et de leur équipe de recherche. Chaque unité de recherche est une structure autonome dans la gestion de ses infrastructures, de son personnel et de ses partenaires, sous la supervision de la Direction de l’IH.SM. Par ailleurs, les chercheurs travaillant sur les mêmes thèmes, organismes ou écosystèmes se structurent en équipe rattachée ou non à une unité ou structure de recherche.

Unités de recherche (U.R.)  
  • U.R. Aquaculture (www.polyaquaculture.mg)  
  • U.R. Biotechnologie marine et Valorisation des ressources  
  • U.R. Ecotoxicologie et Ecologie microbienne  
  • U.R. Océanographie physique  
  • U.R. Pêche et Gestion des ressources aquatiques  
  • U.R. Pollution Marine 
  • U.R. Ecosystèmes Marins et Côtiers 
 Autres structures de recherche  
Ces structures de recherche de l'IH.SM travaillent sur des thèmes diverses qui sont groupés dans 6 principaux axes de recherche:
  • Environnement marin et côtier
  • Gestion des ressources marines et des eaux continentales
  • Aquaculture
  • Biotechnologie marine et valorisation des ressources  
  • Pollution marine et assainissement 
  • L'océanographie
  • Socio-économie des pêcheries traditionnelles

U.R. Aquaculture

L'Aquaculture est un des thèmes de recherche les plus développés à l'IH.SM avec plusieurs équipes travaillant qui disposent d'infrastructures de recherche adaptées. Les chercheurs de l'Institut ont développé depuis plus de 25 ans des techniques nouvelles et novatrices d'aquacultures adaptée aussi bien au contexte de pays en voie de développement comme Madagascar qu'aux pays développés qui ont la capacité de développer des structures aquacoles utilisant des équipements high-tech.

Parmi les formes d'aquaculture déveopper par les équipes de l'Institut, nous pouvons citer la Spiruliculture, l'Algoculture, l'Holothuriculture, la Crevetticulture, l'Ostréïculture, la Pisciculture, l'élevage de Crabe, l'élevage d'Artemia ou encore l'élevage de coraux constructeurs de récifs.

La Polyaquaculture Research Unit

Cette unité développe un aquaculture villageoise bio, éthique et écologique. Avec le déveoppement de l'Asquaculture viullageoise, cette unité a vu naitre la "Polyaquaculture Research Unit (PRU)" ou Unité de Recherche en Polyaquaculture, dont l'objectif est de favoriser dans les villages côtiers de Madagascar le développement combiné de différents types d’aquacultures comme autant d’activités génératrices de revenus alternatives à la pêche. La PRU travaille sur la culture et élevage combinés d'algues marines, de concombres de mer et de coraux, afin d'assurer une aquaculture socio-écologique.

La Spiruliculture

Dr. Vololonavalona RAVELO et Pr. Daniel Ramampiherika ont tous deux contribués à la découverte de la souche de Spiruline actuellement en culture dans tout Madagascar et dans le monde. Les deux chercheurs ont également créé leur société artisanale de culture de spiruline, dont les produits sont commercialisés en partie et distribués dans les centres de récupération des enfants malnouris et dans les hopitaux de Madagascar comme compléments alimenataires.

L'Holothuriculture

Dr. Richard RASOLOFONIRINA et Dr. Igor EECKHAUT (Université de Mons, Belgique) ont tous deux contribués à la découverte de la méthode de fécondation in vitro de l'holothurie (Holothuria scabra). Cette technique brevetée est actuellement utilisée par la société Madagascar Holothurie SA, le SpinOff créé à la fin des projet, qui est devenu le Département Recherche et Développement de la société Indian Ocean Trepang qui produits à l'échelle industrielle du trepang d'aquaculture. Dr. Thierry LAVITRA a complété la maîtrise du cycle de développement de cette espèce et ses résultats ont permis de choisir les méthodes de prégrossissement et de grossissement en mileiu naturel de l'holothurie d'élevage.

L'Algoculture

Les premières essaies de culture d'algues rouges ont été réalisées à l'Institut vers la fin des années 1980. Les premiers aboutissements industriels ont vu le jour avec la création de la société BIOMAD. Avec le développement de l'aquaculture villageoise, la culture d'algues a été reprise par la société COPEFRITO en 2010. Depuis 2017, OCEAN FARMERS est la plus grande société fermière d'algues rouge de Madagascar.

La Coralliculture

Développé depuis 2012 avec la thèse de Doctorat de Dr Gildas Todinanahary intitulé "Evaluation du potentiel biologique, économique et social de la corallicutlure villageoise dans le sud-ouest de Madagascar", la coralliculture est devenue un sujet de recherche privilégié dont le développement ne se limite pas à l'élevage.

Infrastructures d'accueil

Cette unité dispose de plusieurs laboratoires et centre d'élevages. A savoir:
  • Station Marine de Belaza 
  • Ecloserie d'holothurie à Toliara (Aqua-Lab)
  • Ecloserie d'invertébrés marins (Mada-Zanga)
  • Laboratoire aquarium pour la production de poissons d'aquarium à Toliara (Mada-Fia)
  • Ferme de culture de spiruline Mana Maitso, Maninday, Toliara
  • Ferme de culture de spiruline Spir@rmes Ankoronga, Toliara   
  • Laboratoire d'analyse des algues marines à Toliara
Membres permanent de l'Unité

Prof Thierry Lavitra
Dr Vololonavalona Ravelo
Dr Richard Rasolofonirina

Membres Associés

Dr Gildas Todinanahary
Prof Igor Eeckhaut
U.R. Pêche et Gestion des ressources aquatiques

U.R. Biotechnologie marine et Valorisation des ressources

Description

Infrastructures de Recherche
  • Laboratoire de chimie de l'environnement à Toliara
  • Laboratoire de biochimie à Toliara
  • L'Unité travaille étroitement avec la Polyaquaculture Research Unit et utilise également le laboratoire d'analyse des algues marines à Toliara

U.R. Pollution Marine et Ecotoxicologie

Cette unité a été créée à l’IH.SM depuis la mise en œuvre d’un projet PAREM-PRE/COI (entre 1996-1999), financé par l’Union Européenne, et aussi grâce à l’équipe dirigé par Dr RALIJAONA Christian, Expert national du réseau écotoxicologie marine de ce projet. L’objectif du projet est de promouvoir une gestion efficace des phénomènes d’écotoxicologie marine dus aux contaminants naturels (phycotoxines/biotoxines) dans la région de la COI afin d’en maitriser les causes environnementales, d’en prévoir les manifestations et d’en atténuer les effets sanitaires et socio-économiques. Cependant, jusqu’à nos jours, la maitrise des causes environnementales et la prédiction du phénomène de l’ecotoxicologie constituent encore des défis pour les chercheurs œuvrant dans cette unité de recherche. De ce fait, l’objet de recherche pour cette unité portent sur 3 composants : 
  1. Les organismes producteurs de toxines, en général, les microalgues par l’identification taxonomique des microalgues réputés indicatrices, et l’étude de leur bioécologie 
  2. Les animaux vecteurs de l’intoxication, caractérisation taxonomique et biotoxine mis en jeux 
  3. Qualité de l’eau et l’état de santé des habitats marins principalement reconnus liés à l’événement de l’Intoxication collective par consommation d’animaux marins (ICAM).

Infrastructures de Recherche
  • Laboratoire de chimie de l'environnement à Toliara
  • Laboratoire de biochimie à Toliara
  • L'Unité travaille étroitement avec la Polyaquaculture Research Unit et utilise également le laboratoire d'analyse des algues marines à Toliara

U.R. Ecologie microbienne

Description

Cette unité dispose d'un laboratoire de microbiologie à Toliara
U.R. Océanographie physique

U.R. Ecosystèmes Marins et Côtiers

Les écosystèmes marins et côtiers tels que les récifs coralliens, la mangrove et les herbiers de phanérogames, les marais salants et les mangroves jouent un rôle primordial dans la maintenance de l’équilibre de la biosphère.

L’objet de recherche pour cette unité portent sur 3 composantes principales: 
La recherche menée au sein de cette équipe, dirigée par Dr Gildas Todinanahary  concerne les habitats/écosystèmes critiques tels que les récifs coralliens. Les sujets traités vont de l'étude de la biodiversité (identification des scléractinaires et des coraux noirs), de l'écologie (état de santé, résilience) et de la biologie appliquée à la restauration et à la pêcherie (élevage de coraux, récifs artificiels) et aux outils de gestion (télédetection, approche communautaire, éducation).
  • Composante 2: Les études sur la Mangrove et leur exploitation
La principale recherche menée sur la mangrove concerne l'Évaluation de la pratique, les défis, les coûts et les avantages de la mise en oeuvre d'un Paiement 
pour les Services Ecosystémiques communautaire. Le but de cette recherche est de savoir si le système de PSE basé sur la vente des crédits carbone pourrait être un outil efficace pour gérer les mangroves de la Baie des Assassins, pour améliorer les conditions de vie des communautés locales et pour préserver 
la biodiversité. Le travail servira ensuite un guide pour la bonne pratique de la mise en place de projet PSE communautaire à Madagascar et quelque part dans le monde. 
  • Composante 3: Les études sur l’écosystème des herbiers de phanérogames.
Les herbiers de phanérogames sont reconnus parmi le plus productive et soutienne des milliers de personnes en terme de sécurité alimentaire. Il assure l’apport en protéine des communautés côtière, habitats et refuges pour nombreuses poissons et autres animaux marins, protège la côte des vagues, séquestres également les Carbones de l’atmosphère et de l’océan, et atténue en effet le changement climatique. Cet écosystème est actuellement menacé par nombreuses pressions naturelles et anthropiques. Des mesures de gestion durable, de protection et de conservation de cet écosystème pourraient assurer la durabilité des services et la longévité des ressources qu'il fournit. Malgré ces valeurs, pour le cas de Madagascar comme beaucoup d’autres pays dans la région de l’Océan Indien, très peu de littérature et de données scientifique sont disponibles comme outils d’aide a la prise de décision sur la gestion et la protection de cet écosystème d’où la raison du présent projet de recherche. L’objectif globale est donc de compléter cette manque de données à l’échelle nationale, et à l’échelle régionale (Océan Indien). Il s’agit d’une évaluation de sa distribution géographique ainsi que de ses caractéristiques bioécologiques, de la richesse en biodiversité de cet écosystème. Ces activités de recherche nous permettraient de procéder étape par étape à certaines activités de conservation, de restauration et gestion des ressources qui s’y trouvent.

Autres Structures de Recherche
Institut Halieutique et des Sciences Marines 
2 Rue Dr. Rabesandratana HD (ex Avenue de France) 
PO Box: 141, 601 - Toliara, Madagascar 
+261 20 94 941 67
All rights reserved. IH.SM © 2020 Designed by Gildas Todinanahary