ARTICLE: First records of illegal harvesting and trading of black corals (Antipatharia) in Madagascar

Todinanahary, G., Terrana, L., Lavitra, T. and Eeeckhaut, I. 2016.

ABSTRACT
Black corals (Cnidaria: Antipatharia) have been used all around the world for a long time, whether as money or for medicinal pur- poses and jewellery manufacturing. Except in Hawaii where these fisheries are well known, black coral harvests are usually made without any control or any management. This is the case in many tropical islands and particularly in Madagascar, where the illegal trade is continually expanding. Since 2011, an illegal traffic of black corals has been occurring in the main cities of the southern and coastal regions of Ambovombe and Tolagnaro. In 2014 and 2015, hundreds of kilograms of black coral skeletons and a lot of diving material were seized by the authorities in the Anosy and Androy regions. Despite this and the continual harvesting of these natural resources, there has been no study of the excessive ex- ploitation in this region. This paper is the first to talk about this new threat and to analyse and discuss the benefits of these fishe- ries. The first seizures and the efforts carried out on the island to stop the trade are explained. This paper highlights the urgency of studying these corals before making an appropriate conservation and management plan.

RÉSUMÉ
Le corail noir (Cnidaria : Antipatharia) est exploité dans le monde entier depuis très longtemps. Bien qu’inscrit à l’Annexe II de la convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES), le squelette du corail noir est utilisé sous forme de monnaie d’échange, à des fins médicinales ou pour être transformé en bijoux.Excepté à Hawaii où s’est développé une pêcherie durable, leur collecte s’effectue depuis toujours sans le moindre contrôle ni la moindre gestion. C’est le cas dans de nombreuses îles tropicales, et plus particulièrement à Madagascar où le commerce illégal se développe de plus en plus. Depuis 2011, un trafic se déroule dans les principales villes côtières du sud, Ambovombe et Tolagnaro. En 2014 et 2015, des centaines de kilos de squelettes de coraux noirs et une grande quantité de matériel de plongée furent saisis par les autorités dans les régions d’Anosy et Androy. Malgré cela, et pendant que les ressources naturelles s’épuisent continuellement, il n’existe aucune étude sur le déroulement d’une telle exploitation. Cette étude est la première à analyser et discuter des collectes ayant lieu à Madagascar. Les premières saisies ainsi que les efforts mis en place sur l’île pour stopper les collectes sont expliqués. L’étude met également en exergue l’importance et l’urgence d’accroître les connaissances sur les coraux noirs avant de pouvoir développer un programme de conservation durable de ces ressources.

Télécharger le PDF : 532-2991-1-PB

Citation: Todinanahary, G., Terrana, L., Lavitra, T. and Eeeckhaut, I. 2016. First records of illegal harvesting and trading of black corals (Antipatharia) in Madagascar. Madagascar Conservation & Development 11, 1: http://dx.doi.org/10.4314/mcd.v11i1.5 // Early view

Written by 

Leave a Reply

Your email address will not be published.