Offres de Formation

L’IH.SM propose différents types de formation qui évoluent progressivement en fonction des progrès scientifiques et des besoins du secteur.

  1. Formation académique suivant le système LMD
    • Licence en Sciences Marine et Halieutique
    • Masters en Sciences Marine et Halieutique
    • Ecole Doctorale thématique Sciences Marine et Halieutique
  2. Formation en Ingéniorat Halieutique
  3. Formation professionnalisante: Masters en écotourisme et biodiversité
  4. Formation professionnelle
  5. Ecole d’Eté Australe sur la Vulnérabilité du Patrimoine Récifal

1. La Formation académique


L’Océanographie reste une des spécialisations dispensées à l’Institut. Seul le programme pédagogique évolue progressivement en fonction des progrès scientifiques et des besoins du secteur. Actuellement les problèmes relatifs – i) à la dégradation de la Qualité de l’Environnement liée au Changement Climatique et aux activités anthropiques– ii) à la surexploitation des ressources marines et côtières (pêche responsable)–iii) au problème d’accès à l’Eau potable et à la Gestion des Eaux usées– et enfin iv)au développement des Aires Marines Protégées, et de l’Aquaculture– qui préoccupent les décideurs et les bailleurs de fonds.

Depuis 2004, comme la plupart des établissements universitaires de Madagascar, l’IH.SM est entré progressivement dans le système européen de l’Enseignement supérieur en adoptant l’architecture LMD (Licence-Masters-Doctorat). Quatre options sont proposées en Master 2 :(1) Pêche ; (2) Aquaculture ; (3) Biodiversité marine – Aires Marines Protégées, et (4) Pollution marine – Ingénierie de l’Environnement

En savoir plus …

2. La Formation en Ingéniorat Halieutique


La formation dépend étroitement des besoins de l’industrie pêche /aquaculture et du secteur environnement marin et littoral. C’est une formation pluridisciplinaire destinée à former des cadres supérieurs des administrations et des managers des entreprises privées. L’admission se fait par voie de concours pour les titulaires d’un niveau Bac + 4 ans.

L’Institut a pu former 50 Ingénieurs entre 1987 et 1992 dans le cadre du projet financé par la FAO/PNUD. Un deuxième projet de formation de 20 Ingénieurs a été financé par la BAD et le Gouvernement Malagasy en 2015.

3. La formation professionnalisante (Diplôme Professionnel Universitaire – DPU)


Une filière de Technicien Supérieur de la mer et du littoral a été créée au début de l’année 1998 dans le cadre du Programme de Renforcement de l’Enseignement Supérieur, cofinancée par la Mission Française de Coopération et le Ministère de l’Enseignement Supérieur. Les premières promotions sont orientées essentiellement dans l’Aquaculture, le Contrôle de Qualité des produits halieutiques et l’Environnement marin et côtier. Cette Formation est suivie d’un stage pratique dans les entreprises ou dans les communautés rurales. Le recrutement se fait par voie de concours pour les titulaires du baccalauréat. Avec le basculement progressif vers le système LMD, à partir de 2004, cette formation s’est évoluée en Licence (Cf. Formation académique).

4. La Formation professionnelle


Historique

Cette filière s’est réalisée, à la suite des demandes exprimées par les entreprises de pêche et aquacole, suite à l’identification des besoins effectués par l’équipe de l’IH.SM en 1997. Les programmes pédagogiques sont élaborés conjointement avec les responsables des entreprises. Ce type de formation, bien que récent, prend une dimension de plus en plus importante et évolue rapidement avec le développement de l’économie nationale.

Dans le domaine de la Pêche et de l’Aquaculture, 2 spécialités ont vu le jour jusqu’à présent : Biologiste aquacole et responsable de contrôle de qualité et d’hygiène dans la chaîne de production (norme HACCP). La durée de formation varie de 1 à 5 mois selon les spécialités et les niveaux des formés.

De 2006 à 2008, l’Institut a formé des managers et des techniciens des Aires Marines Protégées (AMP) en collaboration avec le Madagascar National Parcs et financé par la Fondation Mc Arthur. Cette formation dure 9 mois dont 6 mois d’études théoriques et dirigés et 3 mois de stage pratique.

A la suite de cette formation, l’IH.SM s’est engagé à former des managers en écotourisme marine dont le financement est assuré par la Coopération Universitaire pour le Développement (CUD), Belgique. De 2010 à 2012, 61 Managers en écotourisme marine ont été formés.

Projet futur

A partir de l’année 2017, l’IH.SM, avec ses partenaires universitaires habituels, offrira une nouvelle offre de formation de Master professionnel en Ecoutourisme. Nous donnerons plus de détails sur ce projet dans les mois à venir.

5. Ecole d’été australe


L’école d’été destinée aux doctorant(e)s et jeunes chercheur(euse)s a pour objectif un travail pluridisciplinaire sur la vulnérabilité du patrimoine récifal. Cette thématique sera explorée à partir d’une étude de cas dans la région de Toliara (sud ouest de Madagascar) qui réunit de nombreuses problématiques d’ordre écologique, économique ou social, et qui serviront de support à cette réflexion commune interdisciplinaire.

Plus d’information ici

Débouchés


DEA / Master II: Enseignant dans les établissements secondaires ; Assistant chercheur ; Technicien de production ; conseiller technique des administrations décentralisées ; Opérateur économique.

Ingénieur Halieute : Cadre supérieur de l’administration des pêches et aquaculture ; Chef de production ; Enseignant Chercheur; chef d’entreprise ; chef de ferme dans les entreprises aquacoles ; Organismes de développement ; assistant technique ; Planificateur & Aménageur du littoral ; Gestion des ressources halieutiques ; Opérateur économique.

Licence professionnelle: Technicien de production ; technicien aquacole ; conseiller technique dans les administrations décentralisées ; Opérateur économique.

Manager et Technicien des APM, Manager en Ecotourisme marin : Parcs marins, ONGs,assistant technique des collectivités décentralisées ; opérateur économique.

Doctorat : Enseignant Chercheur ; cadre supérieur /manager et conseiller technique (ministères, entreprises privées, bureau d’études, ONGs, organismes de développement ; collectivités décentralisées).