La Formation

Contexte écotouristique à Madagascar

phot

Avec une superficie de 587.000 km2 et ses 5.000 km de côte, Madagascar est la quatrième plus grande île au monde. Son histoire géographique commence il y a 150 millions d’années, lorsqu’elle se sépare du reste du Gondwana avec la plaque continentale indienne de laquelle elle se fracture 70 millions d’années plus tard. Cet isolement précoce en fait un endroit unique au monde considéré par certains biologistes comme le huitième continent (le « Lost World ») tant la biodiversité terrestre y est grandiose que particulière. Le milieu marin n’est pas en reste non plus : on y retrouve le troisième plus grand système de récifs coralliens au monde. La diversité des coraux est plus élevée que dans n’importe quel autre pays d’Afrique et la faune d’invertébrés et de vertébrés est, en terme d’espèces, proche de ce qu’on retrouve dans la région du « Triangle du Corail ». Madagascar est encore le pays d’Afrique disposant de la plus grande superficie de mangroves s’étalant sur 325.000 ha (0.5% de la surface du pays ; 20% des mangroves africaines).   Malgré sa richesse écologique (marine et terrestre), une biodiversité unique au monde, des sites touristiques attrayants et une diversité culturelle peu commune (Madagascar comprend 18 ethnies), le tourisme à Madagascar est extrêmement peu développé. En rapportant le nombre de touristes par rapport à la taille de sa population, Madagascar apparaît comme le 9ème pays au monde le moins visité. Le nombre de touristes a atteint un maximum de 375.010 en 2008 et est retombé à 196.375 en 2013 (-48%).  En comparaison, le nombre d’arrivées touristiques a été de 993.000 à Maurice en 2013, un pays bien plus petit en superficie. Malgré ces chiffres médiocres, l’emploi dans ce secteur n’a cessé d’augmenter ces dix dernières années : en 2005 les emplois directs générés par ce secteur ont été de 16.877 dans les hôtels et les restaurants et de 4.310 dans les entreprises de voyages et de prestations touristiques ; en 2013 ces chiffres ont grimpé à 30.413 et 6.303 respectivement. Beaucoup restent à faire dans ce domaine, tant sur le plan économique que sur le plan organisationnel.